Nous utilisons des cookies internes et tiers pour vous offrir des contenus adaptés à vos centres intérêts. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous confirmez avoir été informé, et acceptez le dépôt et l'utilisation de cookies. Pour plus d'informations nous vous invitons à consulter notre Politique de Cookies . Accepter

Le chariot élévateur

Les chariots élévateurs à contrepoids sont appelés ainsi en raison du lourd contrepoids métallique fixé au châssis. Ils transportent le chargement en porte-à-faux, c’est-à-dire en décalage par rapport à leur point d’appui. Leur fonctionnement repose sur le principe du levier du premier genre, dans lequel un poids (puissance) peut soulever une charge (résistance, ici le chargement) en s’appuyant sur un point intermédiaire appelé point d’appui.

La charge des chariots élévateurs à contrepoids est soutenue devant son point d'appui (image cédée par Toyota)

La charge des chariots élévateurs à contrepoids est soutenue devant son point d'appui (image cédée par Toyota)

 

Sur les chariots élévateurs à contrepoids, la puissance est constituée par l’ensemble de la machine, qui comprend le châssis à l’intérieur duquel se trouvent le moteur, la transmission, la pompe hydraulique et les autres dispositifs de commande. Le contrepoids, généralement fixé à la partie arrière du châssis, et les essieux – l’essieu avant étant l’essieu moteur et l’essieu arrière, l’essieu directeur, pour mieux manœuvrer – font également partie de la puissance. Le mât, le tablier porte-fourches et les fourches, s’ils font partie du chariot, sont compris dans la résistance, puisqu’ils se trouvent au-delà du centre de l’essieu avant qui agit comme point d’appui. La résistance est constituée par les éléments qui se trouvent au-delà du point d’appui et par le chargement à transporter.

Pourquoi est-il si important de comprendre le rôle de chaque élément dans ce système de levier ? Parce que les dimensions de l’engin, son poids, le contrepoids, entre autres, déterminent la charge nominale que le chariot peut manipuler et soulever. En outre, la distance entre le mât et le centre de gravité du chargement influe également sur la capacité nominale. Plus la distance est grande, plus la capacité de charge est réduite.

Quant à leur utilisation, outre leur grande rapidité, les chariots à contrepoids sont idéaux pour travailler à l’intérieur et à l’extérieur de l’entrepôt, même s’ils sont tout particulièrement recommandés pour les opérations à l’extérieur, en raison de leur construction et de leur conception. Ils sont également parfaits pour charger les camions, car seules les fourches dépassent de l’avant.

Si l’on envisage leur intégration dans une installation, deux caractéristiques doivent être prises en compte : la hauteur de levage de ces chariots est généralement limitée à 7,50 m, et la largeur libre des allées doit être de 3 200 à 3 500 mm.

 

Les chariots élévateurs à contrepoids sont une solution pertinente pour les tâches au sein de l'entrepôt, comme à l'extérieur (image cédée par Toyota)

Les chariots élévateurs à contrepoids sont une solution pertinente pour les tâches au sein de l'entrepôt, comme à l'extérieur (image cédée par Toyota) 

 

Avec ce type d’engin, les dimensions de l’allée peuvent considérablement varier en fonction du chargement et de la construction ; des allées de plus de 4 000 mm peuvent être nécessaires, le choix de la machine dépendra donc de l’installation.

Quant aux modèles que l’on peut trouver sur le marché, l’une des principales différences, outre les caractéristiques déjà mentionnées, concerne leur type d’alimentation. Il existe des chariots élévateurs électriques à batteries et des chariots équipés d’un moteur thermique fonctionnant au gaz ou au gazole.

Ces engins peuvent également présenter des différences de types de mât, construits en fonction de la hauteur de levage et qui peuvent être doubles (2 corps télescopiques), qui se déploient dès que le levage commence ; mâts doubles à levage libre total, sur lesquels, contrairement aux précédents, le mât téléscopique ne se déploie pas tant que la fourche n’est pas totalement levé ; et triples, avec trois segments téléscopiques.

Une dernière caractéristique pouvant varier d’un modèle à l’autre est le type de fourches. Il existe en effet des engins pourvus de fourches déplaçables latéralement et oscillantes, ce qui facilite les manœuvres de prélèvement ou de dépôt des palettes dans les rayonnages.

Chariot élévateur à contrepoids en action dans un entrepôt équipé d'un rayonnage dynamique

Chariot élévateur à contrepoids en action dans un entrepôt équipé d'un rayonnage dynamique

 

Voir aussi