Nous utilisons des cookies internes et tiers pour vous offrir des contenus adaptés à vos centres intérêts. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous confirmez avoir été informé, et acceptez le dépôt et l'utilisation de cookies. Pour plus d'informations nous vous invitons à consulter notre Politique de Cookies . Accepter

Engins de manutention en entrepôt autoportant

Il est possible de construire des entrepôts autoportants où la manutention est réalisée par des engins à déplacement alternatif (chariots tridirectionnels, chariots bidirectionnels ou chariots rétractables)

Il faut cependant tenir compte du fait que les chariots à mât inclinable et rétractable ne dépassent pas 15 mètres de hauteur, et les chariots rétractables, 10,5 mètres. Les allées doivent être plus larges que pour les transtockeurs. D’autre part, la planimétrie du sol doit être parfaite, tout particulièrement si l’on utilise des chariots à mât inclinable et rétractable.

Autre facteur important, des opérateurs doivent alors intervenir à l’intérieur des rayonnages pour manipuler le chargement et réaliser les opérations.

Malgré ces indications, un entrepôt autoportant desservi par des machines à déplacement alternatif est une option tout à fait valable, car il s’agit d’une construction spécifique, sans piliers, généralement plus économique et dont le montage est plus rapide que celui des systèmes avec bâtiments conventionnels.

 

Entrepôt frigorifique autoportant desservi par des chariots tridirectionnels.

Entrepôt frigorifique autoportant desservi par des chariots tridirectionnels.

 

Support des engins à déplacement alternatif

Les machines de ce type reposent directement sur le sol et, pour un fonctionnement plus rapide et plus sûr dans les allées, les engins à mât inclinable et rétractable disposent d’un système de guidage qui peut être mécanique, par filoguidage ou par laserguidage.

 

Les palettes reposent directement sur le sol. Un profil en « L » ancré dans le sol sert de guidage.

Guidage par profil LPN 50

Les palettes reposent directement sur le sol. Un profil en « L » ancré dans le sol sert de guidage.

 

Les palettes reposent sur des profils posés sur le sol ou sur des lisses. Un profil en « U » ancré dans le sol sert de guidage.

Guidage par profil UPN 100

Les palettes reposent sur des profils posés sur le sol ou sur des lisses. Un profil en « U » ancré dans le sol sert de guidage.

 

 
L’espace entre les profils de guidage de deux allées est rempli de béton, pour former un îlot sur lequel reposent les rayonnages.

Guidage par profil UPN 100 formant un îlot

L’espace entre les profils de guidage de deux allées est rempli de béton, pour former un îlot sur lequel reposent les rayonnages.

 

 

Un fil intégré dans le sol produit un champ magnétique que la machine détecte et qui la guide.

Filoguidage

Un fil intégré dans le sol produit un champ magnétique que la machine détecte et qui la guide.

Jeux fonctionnels pour les engins à déplacement alternatif

Les jeux fonctionnels pour les engins à déplacement alternatif sont très similaires à ceux décrits pour les engins à déplacement séquentiel. Mais il faut savoir que la méthode d’extraction et de mise en place des unités de charge employée par les premiers diffère quelque peu de celle utilisée par les seconds.

En règle générale, les engins à déplacement alternatif utilisent des têtes pivotantes pour extraire et déposer le chargement de part et d’autre du rayonnage. Les engins à déplacement séquentiel utilisent des têtes télescopiques. 

En raison de cette caractéristique, les besoins en termes de largeur d’allée sont totalement différents. Si l’on utilise des palettes européennes de 1 200 mm de profondeur, un chariot tridirectionnel nécessite une allée de 1 700 à 1 900 mm de large pour être pleinement efficace, alors qu’un transtockeur n’a besoin que de 1 500 à 1 600 mm.

Lors de la spécification des jeux fonctionnels dans un entrepôt conçu pour être desservi par un chariot tridirectionnel, trois mesures doivent être prises en compte pour calculer la largeur des allées : la distance entre les parties frontales des rails de guidage (signalée par un A sur l’illustration jointe à ces lignes), la longueur entre les parties frontales des unités de charge (B) et l’écartement entre les façades des rayonnages (C).

Il faut également tenir compte des tolérances de planimétrie du sol.

 

Besoins en termes de largeur d'allée pour les engins à déplacement alternatif

 

 

Voir aussi