La logistique durable vise à réduire l'impact environnemental de la chaîne d'approvisionnement

Une chaîne logistique durable dans le e-commerce

26 juillet 2021

La chaîne logistique durable englobe des stratégies et des processus à l’intérieur et à l’extérieur de l’entrepôt visant à réduire l’impact environnemental de la chaîne d’approvisionnement.

Dans cet article, nous examinons comment de plus en plus d’entreprises, notamment celles du e-commerce, se tournent vers l’innovation pour faire face à la forte demande de produits, tout en essayant de réduire les déchets et la consommation d’énergie dans leurs processus logistiques.

La chaîne logistique durable dans le e-commerce

La chaîne logistique durable vise à réduire l’empreinte carbone, la pollution et les déchets à toutes les étapes : de la fabrication des produits à leur stockage, en passant par la préparation des commandes et la livraison au client.

L’apparition du e-commerce a transformé les habitudes de consommation. Les nouvelles exigences en matière de distribution, telles que la livraison en 24 heures ou les livraisons ultra-rapides fomentées par le q-commerce, ont multiplié le nombre de déplacements nécessaires pour approvisionner les acheteurs en ligne. Dans ce contexte, les entreprises ne doivent pas négliger l’impact environnemental de leurs actions, car la réduction des émissions de gaz à effet de serre est l’un des défis majeurs de notre époque.

À ce stade, il est donc inévitable de se demander sile e-commerce est compatible avec une logistique durable ? La réponse n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît. Bien que l’on ait tendance à croire que le e-commerce soit plus polluant que le commerce traditionnel, des avis opposés existent. Une étude menée pour Amazon par le cabinet de conseil Oliver Wyman, par exemple, soutient que les expéditions e-commerce génèrent 0,5 % du trafic routier total dans les zones urbaines, tandis que le commerce traditionnel en représente 11 %. L’étude affirme également que le commerce hors ligne génère entre 1,5 et 2,9 fois plus d’émissions de CO2 que le commerce en ligne.

Néanmoins, cette même étude reconnaît que les expéditions immédiates et le grand nombre de retours entraînent une augmentation du trafic et, par conséquent, de la pollution. Un rapport sur l’impact environnemental du e-commerce publié par Research and Markets nuance l’étude précédente et rappelle que le calcul de l’ampleur réelle des émissions attribuables au e-commerce dépend de multiples variables. Le débat reste donc ouvert.

La livraison de milliers de colis à leur destination finale nécessite la mobilisation de nombreux véhicules
La livraison de milliers de colis à leur destination finale nécessite la mobilisation de nombreux véhicules

Quelques propositions pour une chaîne logistique durable

Mis à part l’impact environnemental du commerce en ligne par rapport au commerce traditionnel, le dernier kilomètre est sans aucun doute le maillon le plus polluant du e-commerce. L’étude du cabinet de conseil Oliver Wyman lui attribue 26 % des émissions de CO2 générées par le secteur. À cet impact environnemental s’ajoute la relation évidente entre le boom des livraisons à domicile et l’augmentation inquiétante du trafic automobile dans les grandes villes.

La solution à cette croisée de chemins réside dans l’amélioration de certaines procédures et opérations. Nous examinons ci-dessous quelques propositions visant l’évolution vers une logistique durable pour réduire l’impact environnemental associé au e-commerce à travers la réorganisation du dernier kilomètre.

Développement des points de collecte

La livraison rapide et à domicile de commandes, généralement de petite taille, est l’une des principales caractéristiques du système de distribution du commerce en ligne. La livraison à domicile, beaucoup plus pratique pour le client, nécessite une mobilisation quotidienne et importante de camions et de camionnettes, augmentant significativement les émissions générées par le transport et affectant considérablement l’organisation du trafic urbain.

Une proposition pour relever ce défi logistique consiste à miser sur des méthodes d’expédition alternatives et plus durables, telles que le retrait en magasin, en casiers intelligents ou en points relais. Ces modalités présentent un avantage évident : les vendeurs peuvent mieux organiser leurs expéditions et regrouper les marchandises en fonction de l’itinéraire de livraison, réduisant ainsi considérablement le nombre de déplacements. Ce mécanisme de distribution offre également des avantages aux consommateurs, car ils peuvent choisir où recevoir la commande et quand retirer le colis pour une flexibilité maximale.

L’expédition des commandes peut être optimisée notamment par la possibilité, pour les entreprises de s’appuyer sur la technologie. Un logiciel de gestion d’entrepôt permet d’organiser les produits à expédier. Easy WMS, le WMS de Mecalux, dispose du module Préparation et gestion des expéditions multi-transporteurs, qui permet de regrouper les commandes en fonction de l’itinéraire et du transporteur, accélérant ainsi le de chargement des camions et assurant une planification plus efficace des livraisons.

Préparation des commandes au niveau local

Lorsqu’une commande parcourt moins de kilomètres, les émissions de gaz polluants sont réduites. C’est pourquoi l’utilisation d’un réseau de livraison local aide à mettre en place une logistique plus durable. Les centres de micro-fulfillment sont un excellent choix pour décentraliser la distribution et se rapprocher des clients. Ces micro-plateformes logistiques, situées à proximité des grandes villes, ont un avantage évident : les commandes sont livrées plus rapidement, sans avoir à parcourir de longues distances et générant une pollution moindre.

Ces installations se distinguent par un haut niveau d’automatisation des tâches de stockage et de préparation des commandes. La mise en œuvre de solutions automatisées telles que le système miniload et les convoyeurs pour bacs, par exemple, est essentielle pour garantir des livraisons rapides et sans erreur.

Le « micro-fulfillment » réduit les coûts logistiques et est moins polluant
Le « micro-fulfillment » réduit les coûts logistiques et est moins polluant

Réduction du volume des retours

Dans le e-commerce, les retours sont très courants (et probablement l’une des principales problématiques). Selon les informations fournies par le cabinet de conseil américain McKinsey, les consommateurs américains ont retourné 10,6 % des achats en ligne en 2020.

La logistique inverse a un impact direct sur l’environnement, car elle nécessite des transports et du carburant supplémentaires, et donc une augmentation des émissions de dioxyde de carbone. Comment alors réduire les retours ? Premièrement, en s’assurant qu’il n’y aura aucune erreur d’expédition, en évitant par exemple que le mauvais produit ou un produit défectueux ne soit livré au client. Pour ce faire, un logiciel de gestion d’entrepôt (tel qu’Easy WMS de Mecalux) se révèle particulièrement utile, étant donné que non seulement il vérifie chaque étape effectuée par l’opérateur lors de la préparation d’une commande, mais aussi il améliore le contrôle des stocks.

Opter pour des flottes à zéro émission

Un autre moyen de réduire l’impact environnemental du dernier kilomètre est de remplacer la flotte de véhicules à combustion par des véhicules moins polluants tels que les véhicules électriques, voire de faire appel à des livreurs à vélo. Il s’agit d’une des clés de l’avenir de la logistique durable, il faudra toutefois, pour y parvenir, soutenir les entreprises afin qu’elles puissent renouveler leur flotte destinée au dernier kilomètre.

Gestion durable des déchets et des emballages

Outre les émissions de CO2, il existe un autre ennemi de l’empreinte carbone : l’emballage. La livraison individualisée des commandes engendrée par le développement du e-commerce entraîne une augmentation des déchets en carton, en papier et en plastique. Les acteurs du e-commerce, soucieux de préserver l’environnement, veillent à ce que les emballages utilisés pour les livraisons soient recyclables et puissent même être réutilisés en cas de retour. Certaines entreprises optent également pour des emballages biodégradables ou des matériaux renouvelables et réutilisables.

L’engagement en faveur de la logistique durable

Le e-commerce a provoqué une révolution qui dépasse l’aspect économique. En effet, il est en train de changer le fonctionnement de la logistique, l’organisation des villes, les habitudes de consommation, mais suscite des doutes quant à ses effets sur l’environnement. Aujourd’hui, le secteur est confronté au double défi d’assurer des livraisons rapides et flexibles, tout en garantissant une logistique durable.

Cet effort présente plusieurs avantages, car il a non seulement un impact très positif sur l’environnement, mais aussi il aide les entreprises à réduire les coûts à travers la réduction, par exemple, du nombre de déplacements liés aux expéditions. En outre, la population étant de plus en plus engagée dans la durabilité écologique, les entreprises soucieuses des bonnes pratiques environnementales gagneront en réputation et seront plus compétitives.

Les entreprises ont recours à l’innovation et à la technologie pour optimiser leurs processus logistiques, devenir plus efficaces et, par conséquent, moins polluer. Chez Mecalux, nous avons une expérience significative dans la mise en place d’entrepôts automatisés pour tous types d’entreprises. Contactez-nous si vous souhaitez que votre activité logistique soit plus durable.