Nous utilisons des cookies internes et tiers pour vous offrir des contenus adaptés à vos centres intérêts. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous confirmez avoir été informé, et acceptez le dépôt et l'utilisation de cookies. Pour plus d'informations nous vous invitons à consulter notre Politique de Cookies . Accepter

Le transport de charges entre entrepôts ou sites de production fait partie de la logistique interne de l'entreprise.

Qu’est-ce que la logistique interne ? Tendances d’optimisation des processus intralogistiques

13 septembre 2019

La logistique interne est, par définition, la partie de la logistique qui se réfère à l'organisation de tous les flux de matières et d'information ayant lieu à l'intérieur des propres frontières de l'entreprise. Exemples : les mouvements de stocks dans l’entrepôt, la gestion des stocks, etc.

En partant de ce principe, il est possible d’identifier différents branches appartenant à l’intralogistique :

  • Le transport interne des matériaux : il comprend le transport à l'intérieur des installations de stockage, entre les différents sites de production et entrepôts de l'entreprise lorsqu’il s’agit d’un fabricant.
  • La gestion des stocks et des flux d'information : l'entreprise doit refléter les mouvements physiques de marchandises dans un système d'information qui contrôle les fluctuations de stocks, les localise et gère les approvisionnements. Cette tâche est généralement réalisée par des logiciels spécialisés dans la gestion des stocks, qui effectuent un suivi rigoureux des flux de produits, de leur acquisition et des factures clients.
  • La gestion d’entrepôt : elle comprend toutes les opérations qui se déroulent à l'intérieur du centre : la préparation de commandes, la gestion des emplacements des produits, la réception et l’expédition des marchandises, etc.

La logistique externe quant à elle, couvre le transport des produits jusqu'à leur destination finale.

Quelles sont les tendances qui cherchent à optimiser les opérations intralogistiques ? Examinons-les en détail avec l'aide d’entreprises ayant déjà lancé des initiatives de ce type pour améliorer leur logistique interne.

Tendances d’optimisation de la logistique interne et intralogistique 4.0

La multiplication des flux et l'augmentation de l’interconnexion ont donné naissance au concept de logistique 4.0 ; né en parallèle à l'industrie 4.0. L'essor du numérique et son rapport avec des machines de plus en plus intelligentes ont eu un impact notable sur l'organisation de la logistique interne des entreprises, qui cherchent de plus en plus à contenir leurs coûts logistiques.

Voici les principales tendances qui modèlent les processus intralogistiques actuels :

1. La planification stratégique de la logistique interne dans un environnement 4.0

La planification de la logistique interne est devenue une discipline précise, où il est nécessaire d'aligner les opérations de production et de stockage. Il s'agit d'intégrer le travail des différents services qui influencent la gestion de la logistique interne : achats, marketing, entreposage, production, etc.

Notez d’une part que face à une telle gestion des données, les flux d'information sont traités par des logiciels distincts qui fonctionnent ensemble et apportent leurs spécialisations respectives. Le logiciel GPAO pour la Gestion de Production, application du progiciel WMS, propose par exemple des fonctionnalités intéressantes pour la gestion des matières premières et des produits semi-finis ; les produits finis quant à eux, sont gérés depuis le WMS de base, en liaison avec l'ERP. Ce type de spécialisation offre une meilleure intégration des processus intralogistiques de l'entreprise.

D'autre part, pour maximiser la capacité de stockage de l'entrepôt il est nécessaire d'adopter une conception et des solutions de stockage adaptées. La baisse des marges commerciales et l’augmentation de la concurrence ont rendu le Lean logistics populaire pour organiser la logistique interne d’une société.

Les transstockeurs de palettes accélèrent la manutention de marchandises au sein des processus intralogistiques d’un entrepôt.
Les transstockeurs de palettes accélèrent la manutention de marchandises au sein des processus intralogistiques d’un entrepôt.

2. L’automatisation de la manutention et du transport interne des marchandises

Les déplacements et les mouvements de charges représentent un important pourcentage des coûts intralogistiques. L'introduction massive des solutions de stockage automatisé telles que les transstockeurs et les convoyeurs au cours des dernières années est à l’origine d'énormes progrès et de transformations de l'exécution de ces flux de matériaux.

L'automatisation logistique donne d'excellents résultats dans les installations où un volume élevé d'opérations répétitives est géré, car elle garantit la pérennité de l'investissement dans ces systèmes. Les entrepôts pour palettes et charges lourdes sont à l’origine de l’émergence de l’automatisation dans notre secteur.

En ce qui concerne les entreprises manufacturières, les entrepôts annexes à leurs usines de production respectent généralement ces règles, car le flux de charges est marqué par la production en grandes quantités, qui est à son tour contrôlée par l'entreprise. Ces installations doivent être en mesure d'assumer toute cette production en adaptant leur mode de fonctionnement pour que les marchandises ne cessent de circuler. Les solutions automatisées se sont avérées un moyen efficace de gérer ces processus intralogistiques.

Cependant, la croissance des boutiques en ligne a fait que, dans de nombreux cas, ces sociétés soient obligées de s'adapter à la logistique e-commerce. Pour ce faire, elles installent de solutions de stockage automatisé qui accélèrent le traitement des colis et des cartons plus petits et plus légers.

3. L’utilisation de la robotique collaborative lors des opérations de picking et de packing

Bien que nous puissions imaginer le contraire, dans les entrepôts robotisés, les machines et les opérateurs travaillent ensemble et se répartissent les tâches : les plus répétitives et plus lourdes sont confiées aux appareils, et les plus spécifiques aux employés. Les opérateurs sont au cœur de la logistique interne : ce sont eux qui permettent à l'entrepôt de continuer à fonctionner au maximum de sa capacité.

C'est pourquoi, les progrès de l'intralogistique tiennent également compte de la sécurité et de l'ergonomie de leur travail. Les cobots (robots collaboratifs) tels que les bras mécanisés ou les machines d'emballage, se chargent d'une partie de l'effort physique nécessaire au picking et au packing pour limiter la fatigue des opérateurs. De même, la charge de travail de ces derniers est contrôlée et répartie équitablement par les logiciels de gestion de la main-d'œuvre et d’entrepôt, évitant ainsi la surcharge et les problèmes de productivité liés à une mauvaise organisation du travail.

L’utilisation des « cobots » est une tendance qui améliore la sécurité des opérateurs, partie intégrante de la logistique interne.
L’utilisation des « cobots » est une tendance qui améliore la sécurité des opérateurs, partie intégrante de la logistique interne.

4. Maîtrise de l’entrepôt grâce aux logiciels WMS et à la technologie IdO

La connectivité entre les systèmes a accéléré les flux intralogistiques grâce à l'implémentation d'un logiciel de gestion d'entrepôt. Cet outil informatique permet de contrôler et d'enregistrer chaque mouvement entre les installations de l'entreprise, assurant la traçabilité des produits. Ainsi, le WMS organise les tâches liées à la réception de marchandises, au picking, à la préparation de commandes et à l'expédition des produits.

La présence de dispositifs interconnectés dans l'entrepôt (technologie IdO ou Internet des objets) est indispensable au transfert des informations de l'environnement réel vers celui du numérique. Il peut s’agir, entre autres, de tablettes (Pallet Shuttle), d’écouteurs (voice picking), de lecteurs radiofréquence ou de balises lumineuses (pick-to-light).

Ces dispositifs regroupent toutes les informations qu’ils reçoivent du WMS et les transmettent ensuite aux opérateurs et aux systèmes automatiques (les logiciels de contrôle WCS et de gestion d’entrepôt communiquent entre eux) et inversement. Ils sont généralement conçus pour accompagner l'opérateur dans l'exécution de la préparation de commandes, l’activité qui requiert la majeure partie du travail opérationnel d’un centre.

Le WMS intègre une énorme quantité d’informations cruciales à la gestion de la logistique interne d’une entreprise.
Le WMS intègre une énorme quantité d’informations cruciales à la gestion de la logistique interne d’une entreprise.

Nous vous aidons à optimiser votre logistique interne

La Supply Chain est constamment soumise à des facteurs internes et externes à l'entreprise. Malgré les nombreux progrès réalisés qui améliorent la capacité des sociétés à faire face aux variabilités de la chaîne logistique, comme le Big Data par exemple, la logistique interne fait toujours partie des activités avec le plus fort potentiel d'optimisation. En effet, l'entreprise dispose d'une marge de manœuvre beaucoup plus grande pour agir sur ses propres processus que sur ceux du marché extérieur ; d’où l’apparition des tendances que nous venons de traiter.

Chez Mecalux, grâce à notre riche expérience en matière d’optimisation des processus intralogistiques, nous disposons désormais de connaissances approfondies sur le sujet. Nous nous basons sur l’analyse de votre situation et des objectifs que vous aimeriez atteindre afin d'aborder la solution sous différents angles.

Si vous souhaitez améliorer la logistique interne de votre entreprise à l'aide d’un partenaire digne de confiance, dans ce cas, vous pouvez compter sur Mecalux. Nos experts examineront votre installation, et viendront la visiter si besoin, afin de concevoir un projet qui répondra à vos besoins. En attendant, nous vous invitons à consulter quelques-uns des projets que nous avons développés dans notre section « cas clients ».